Liens commerciaux

Partenaires
Menu Principal

Publicité

Dernieres News

L’orientation en montagne - 1ere partie




En montagne, pour une pratique responsable et autonome, il est indispensable de connaître les différentes techniques d’orientation.
L’évolution technologique, avec l’arrivée du GPS principalement, peut apporter une aide non négligeable, mais cela doit rester un complément.
Les techniques de bases doivent être maîtrisées malgré tout, l’électronique ne présentant pas encore un niveau de fiabilité à toute épreuve. Et de nombreuses limitations peuvent intervenir dans l’utilisation du GPS (zone d’ombre, piles déchargées...).
Par contre, la navigation au GPS permet un gain de vitesse dans la progression (abandon de la recherche de points remarquables) et présente une grande facilité pour l’orientation sans visibilité.

Nous allons, au cours des prochaines semaines, vous proposer une série d’article sur l’orientation en montagne, de la présentation du matériel aux techniques avancées de navigation sans visibilité, sans oublier bien sur les techniques de bases de l’orientation. Nous commençons cette semaine par une rapide présentation du matériel et par plus d’explications sur les cartes de randonnées.

L’orientation traditionnelle fait appel à la carte, à la boussole, et à l’altimètre.

  • La carte : c’est l’outil de base de toute orientation. Dans beaucoup de cas et par bonne visibilité, une bonne carte (et surtout une bonne lecture) suffit à s’orienter correctement. Elle sert également à préparer son plan de marche avant la randonnée.
  • La boussole : elle permet de mesurer l’azimut des différentes parties du parcours sur la carte et de suivre celui ci sur le terrain.
  • L’altimètre : il indique l’altitude d’après la pression atmosphérique. Les variations de pression liées aux changements météo font qu’il doit être calé régulièrement, en passant à des points cotés. Il est utilisé en complément indispensable de la boussole et de la carte. En effet, en montagne, l’altitude est un élément primordial dans l’estimation d’une position.

LA CARTE

Une carte est la représentation en deux dimensions d’un paysage, d’un relief. Cette représentation respecte des règles, des symboles, des artifices.
Il est important d’être correctement familiarisé avec la lecture d’une carte afin de l’interpréter rapidement. Avec de l’habitude, vous pourrez mettre immédiatement en relation le relief et sa représentation sur la carte, et inversement. Mais pour cela, il faut en "bouffer" de la carte. A la moindre occasion, il faudra la sortir, la lire, visualiser sur le terrain la représentation du paysage sur la carte.

Avant de faire tout cela, il faut l’orienter cette carte :
pour faire correspondre le paysage et sa représentation, il faut que la carte et le paysage soient orientés de la même façon... Le Nord de la carte doit correspondre au Nord du terrain.

Pour cela, deux solutions :

  • aligner des points reconnaissables (sommets, cols) avec leur représentation sur la carte, à la manière d’une table d’orientation.
  • orienter la carte à l’aide de la boussole. Le Nord de la carte et le Nord de la boussole doivent être dans la même direction.

Mais attention ! La carte indique le Nord géographique (pour nous, Européens, le Nord est en haut de la carte) et la boussole indique le Nord magnétique. Ces deux nord sont différents, et cet écart se nomme la déclinaison magnétique. Elle varie suivant la position géographique et également dans le temps.
Cette déclinaison est indiquée dans la légende de la carte, ainsi que sa variation par année.
Actuellement sous nos latitudes, elle est négligeable, sauf dans le cas d’une longue navigation.

Lire une carte

  • L’échelle : il serait bien entendu impossible et inutile de reproduire un paysage sur une carte en gardant les mêmes dimensions. Les paysages sont donc représentés "plus petits" que dans la réalité. Le rapport entre la distance représentée sur la carte à la distance réelle se nomme l’échelle. Le randonneur et l’alpiniste utilisent des cartes au 1/25000, ce qui signifie que 1 cm sur la carte représente 250 m sur le terrain.
  • La planimétrie : c’est l’ensemble des symboles et représentations du paysage, sans tenir compte du relief (routes, sentiers, maisons, monuments, cours d’eau). L’ensemble de ces symboles est expliqué dans la légende.
  • Les reliefs : en montagne, le relief est un élément important du paysage. Les courbes de niveau en sont la représentation. Une courbe de niveau représente sur la carte une altitude.
    Sur une carte au 1/25000, les courbes de niveau sont distantes de 10 m. Cette distance entre courbe se nomme l’équidistance des courbes et elle est indiquée dans la légende.
    Tous les 50 m, une courbe, dite " maîtresse ", est tracée d’un trait plus épais. Lorsque la place le permet, l’altitude de cette courbe maîtresse est indiquée. La lecture se fait dans le sens "naturel" (c’est à dire que l’amont du relief se trouve vers le haut des chiffres).
    Pour faciliter l’interprétation du relief, la plupart des cartes actuelles (en particulier les plus courantes, les IGN TOP 25) font appel à un estompage. Les crêtes projettent une ombre fictive sur le dessin, correspondant à un soleil se trouvant 35° au-dessus de l’horizon, au Nord-Ouest.

L’interprétation du relief

  • La pente : l’intervalle d’altitude représenté par l’espace entre deux courbes de niveau successives étant constant, Leur espacement sur la carte matérialise la raideur de la pente. Des courbes de niveau rapprochées indiquent une pente raide. A l’inverse, des courbes éloignées indiquent une pente faible. Sur une carte au 1/25000, dans une pente supérieure à 45°, il est très difficile de distinguer les courbes les unes des autres.
  • Les formes : l’interprétation des volumes est un peu plus délicate. Il est facile, au début, de confondre une crête avec un talweg (un espèce de "gros fossé"). L’estompage est là pour vous aider, à condition de lire la carte dans le bon sens (position naturelle de lecture des noms portés sur la carte). Si vous retournez la carte, les impressions de reliefs liées à l’estompage sont inversées, et vous confondrez donc ces crêtes et ces talwegs.

Dans le prochain article nous découvrirons la boussole et l’altimètre, deux autres outils indispensables de l’orientation en montagne.









Quelques autres articles de la rubrique Orientation